Direkt zum Inhalt springen

05.01.2022 | Jennifer Blum

Entretien avec Daniel

BA : Salut Daniel !

Daniel: Bonjour !

BA : Tu es avec nous depuis un certain temps déjà. Pour commencer, parle-nous un peu de toi : qui es-tu, que fais-tu ?

Daniel : Je m'appelle Daniel et je travaille comme développeur chez Brain Appeal depuis avril 2021. Je suis originaire de Coblence et j'ai commencé à travailler chez Brain Appeal pendant la phase finale de mes études d'informatique. Après avoir vécu près d'un an à Mannheim, je me suis bien intégré ici et je ne peux que m'estimer heureux.

BA : C'est très agréable. Et comment en es-tu arrivé à postuler chez Brain Appeal ?

Daniel : Je pense que c'est le bon moment pour remercier d'une part mon intermédiaire, qui m'a trouvé le poste parfait au bout de deux mois, et d'autre part Jörg, qui n'a pas directement jeté la candidature à la poubelle malgré le nombre élevé de semestres d'études. Au final, tout s'est passé si vite que j'avais déjà mon contrat de travail en main une semaine après avoir appris l'existence du poste. Il ne s'agit pas d'un processus de recrutement ordinaire.

BA : Qu'est-ce qui te plaît particulièrement dans ton travail ? Pourquoi fais-tu le travail que tu fais aujourd'hui ?

Daniel : J'ai su que je travaillerais plus tard dans l'informatique dès mon premier ordinateur dans mon enfance. Plus tard, pendant mes études, je me suis très vite passionné pour la programmation. Pendant mon temps libre, j'ai par exemple programmé des IA simples sur Codingame, qui se sont mesurées aux IA d'autres programmeurs. Mon premier job à l'université était le développement web avec Symfony, c'est-à-dire en fait exactement ce que je fais aujourd'hui chez Brain Appeal. Ce qui me plaît particulièrement dans mon travail, ou plus généralement dans la programmation, est la même chose que ce qui m'a amené au club d'échecs. Pour moi, il n'y a rien de plus beau que de se lancer des défis et de chercher des solutions créatives. Je peux me compter parmi les personnes heureuses qui ont du plaisir à faire leur métier.

BA : Comment te débrouilles-tu dans l'équipe ?

Daniel : Excellent ! Dès l'entretien d'embauche, on a constaté que l'on misait beaucoup sur la bonne entente et je me suis senti directement à l'aise. Dès le début, mes collègues expérimentés m'ont présenté l'entreprise et mes tâches et j'ai pu m'intégrer très facilement dans cette équipe ouverte. Il y a toujours un interlocuteur prêt à intervenir si l'on a besoin d'aide, même s'il faut tirer la voiture en panne jusqu'au garage le plus proche après le travail...

L'initiation a également dépassé toutes les attentes que l'on pouvait avoir. Dès le début, on m'a accordé une confiance totale et j'ai été intégrée en très peu de temps dans les projets en cours. J'ai eu beaucoup de liberté dans la réalisation de mes premières tâches, ce qui ne va pas de soi pour un débutant comme moi. Il a également été expressément communiqué qu'il n'y avait pas encore d'attentes à mon égard au début et j'ai pu me défouler et faire mes preuves sans pression. Je pense que nous nous sommes mutuellement surpris à voir à quelle vitesse je pouvais effectivement participer de manière productive à l'équipe. J'ai également été impliqué dans la conception dès le début et l'apport d'idées a toujours été bien accueilli. Il n'y a jamais eu de situation où l'on m'a fait sentir que j'étais "le nouveau".

BA : Et pour finir, voici comme toujours notre question préférée : quel a été jusqu'à présent ton meilleur moment chez nous ?

Daniel : Il est difficile de ne choisir qu'un seul meilleur moment. Les événements d'entreprise, comme notre propre Oktoberfest, comptent définitivement parmi les meilleurs moments. Je suis à moitié mort de rire lors des jeux auxquels nous avons joué ensemble.

Mais une situation au travail m'est restée particulièrement en tête. Je n'avais pas encore passé un mois dans l'entreprise et j'ai déménagé dans mon bureau actuel, où aucun clavier n'était encore prêt. Je suis donc allé voir Jörg au bureau, qui était en train de discuter avec Christopher, pour lui demander un clavier. Je me suis retrouvé avec trois claviers, deux souris, des tapis de souris, des blocs et des crayons, et si je n'avais pas été déjà bien chargé, ils m'auraient probablement mis deux écrans sous les bras.

J'ai donc pu tout essayer et j'ai gardé le matériel qui me convenait le mieux. Et lorsque j'ai demandé s'il était possible de travailler à domicile, j'avais à peine fini de poser ma question que j'avais déjà un écran en main pour la maison. Ici, en plus d'une disponibilité sans fin de biscuits et de gâteaux, tout est fait pour offrir des conditions de travail optimales et des collaborateurs satisfaits.

BA : Oui, des jarrets et des fax - notre Oktoberfest - c'est toujours amusant. Merci beaucoup pour tes réponses franches et sincères. Nous sommes heureux de t'avoir parmi nous.

Directeur général

Jörg Oswald

More articles

All articles